La CPCA lance une campagne nationale sur le thème « Que serait la vie sans les associations ». D’ici la fin de l’année, la campagne permettra la mise en forme d’une plate-forme de propositions destinée à interpeller les candidats sur tous les aspects du « contrat social associatif » : bénévolat et volontariat, économie sociale, dialogue civil, citoyenneté active…

La CPCA a demandé et obtenu l’organisation d’une conférence nationale de la vie associative présidée par le Premier ministre le 23 janvier 2006. A côté de la poursuite de ce dialogue civil et social avec l’Etat sur la politique associative, le mouvement associatif doit déterminer en toute autonomie ses valeurs et ses attentes pour la reconnaissance et la promotion de la vie associative aujourd’hui et dans les 5 ans à venir.

Partout en France, notre objectif est de parler et de faire parler du monde associatif. Il représente aujourd’hui la première force collective organisée (10 millions de bénévoles pour 1 million d’associations) et un acteur économique incontournable (1,6 millions de salariés, 45 milliards d’euros de budget).

Quelle place et quel rôle lui seront-ils fait dans les années à venir ? Comment contribuer à un nouveau contrat social dans une société plus différenciée et productrice d’inégalités ? Comment construire un lien entre les générations nouvelles et celles qui vont massivement entrer dans une retraite active ? Comment faire de la citoyenneté une réalité vécue, facteur de promotion sociale pour les individus ?

Pour la CPCA, le monde associatif peut répondre à ces grands défis par des solutions innovantes qui placent la solidarité au cœur de l’action publique.

Les périodes de campagnes électorales sont des temps incontournables pour interpeller les candidats, les partis qui les soutiennent, sur la place et le rôle qu’ils pensent accorder aux associations et à leurs actions. Trop souvent nous mesurons l’écart entre une absence ou une grande faiblesse de reconnaissance politique, et un recours ensuite aux actions associatives comme un relais de l’action publique. Nous pensons que le temps est venu pour le monde politique de reconnaître que la société sait s’organiser et qu’il faut compter sur elle. Entre le candidat et le citoyen, il y a la société civile !

A l’issue de cette campagne, les objectifs affichés par la CPCA sont les suivants :

1/ Construire une plate forme de propositions présentant la vie associative, ses valeurs et son avenir dans la mandature 2007 – 2012

Cette campagne a pour premier objectif de créer le débat et les échanges dans les réseaux associatifs, à tous les niveaux du territoire, afin de faire émerger les enjeux actuels de la place et du rôle des associations dans la société française de demain.

Dans la logique de la conférence nationale de la vie associative Un travail approfondi a été mené avec la conférence nationale de la vie associative du mois de janvier 2006. L’ensemble des coordinations nationales composant la CPCA ont largement participé aux travaux préparatoires qui ont abouti à la réalisation de rapports sur les trois thématiques suivantes : Relations contractuelles entre associations et Etat. Dialogue civil et social. Valorisation du bénévolat.

L’ensemble des mesures proposées dans les rapports de la conférence, à l’exception de celui sur le bénévolat qui a nécessité un rapport complémentaire de la part de la CPCA, visent à consolider l’action associative dans la durée et à la développer dans le cadre d’une nouvelle donne institutionnelle qui assure au mouvement associatif une véritable reconnaissance de « corps intermédiaire ». Cette mobilisation de plus d’une année ne s’arrête pas là, elle se poursuit maintenant dans le cadre – interministériel – du suivi des mesures dans lequel la CPCA entend faire valoir une application pleine et entière des dispositions retenues.

Dans le cadre d’un travail autonome du mouvement associatif sur son devenir Les thématiques de la conférence, même si elles procèdent d’une demande de la CPCA, sont centrées sur les outils de la politique associative du gouvernement. Elles n’ont pu par exemple développer une approche prospective ni répondre aux enjeux des relations entre les associations et les collectivités locales. Le mouvement associatif doit donc définir en toute autonomie les enjeux de son avenir et travailler dans une logique collective les propositions faites aux futurs gouvernants.

Cette nouvelle mobilisation doit se fonder non seulement avec les réseaux nationaux mais également avec les CPCA régionales et les associations dans les régions. Comme pour la conférence nationale de la vie associative, la CPCA est à l’initiative de la campagne. Cependant, à côté de la poursuite d’un dialogue civil et social avec l’Etat pour la politique associative, le mouvement associatif doit déterminer en toute autonomie ses valeurs et ses attentes pour la reconnaissance et la promotion de la vie associative aujourd’hui et dans les 5 ans à venir.

2/ Inscrire cette plate forme d’un agenda pré-électoral jusqu’à la mise en œuvre d’une « nouvelle politique associative ».

Les périodes de campagnes électorales sont des temps incontournables pour interpeller les candidats, les partis qui les soutiennent, sur la place et le rôle qu’ils pensent accorder aux associations et à leurs actions. Comment dès lors faire exister cette plate-forme au cœur de la campagne qui par nature réduit les enjeux politiques aux questions les plus exposées médiatiquement ? Comment faire en sorte qu’elle soit entendue à côté de toutes celles portées par des « causes » plus identifiées (environnement, exclusion etc.) ?

Dans une perspective résolument réaliste, la plate-forme représente de fait :

  • un moyen de mobilisation du mouvement associatif, favorisant sa cohésion interne ;
  • l’aboutissement d’un travail d’expertise du mouvement associatif sur les outils de la politique associative ;
  • une volonté de faire parler de la vie associative dans le champ médiatique ;
  • un point de bilan provisoire du dialogue instauré avec les partis en lice sur le thème de la place et du rôle des associations dans la société française.
Le Calendrier :

Il est donc clairement établi que ces objectifs mettent en œuvre un travail de la CPCA sur une période de plus d’un an, qui s’étale du printemps 2006 à la rentrée 2007 comme le précise le calendrier ci-dessous :

Printemps 2006

1/ Des contacts nationaux avec les partis politiques dès le premier semestre 2006 pour leur signifier la démarche du mouvement associatif et indiquer les principales orientations que nous souhaiterions voir retenues dans l’élaboration des projets.

2/ Lancement des travaux de la commission « prospective » de la CPCA pour l’examen des enjeux de la plate forme (valeurs, constats, état comparatif avec les plates formes sectorielles…). Débat préalable des présidents des coordinations nationales en CA extraordinaire le 22 mai.

3/ Lancement des outils de communication permanent sur la campagne : signalétique, site Internet, lettre d’actualité électronique, blogs etc.

4/ Lancement des premiers débats en régions organisés par les CPCA régionales en collaboration avec la CPCA nationale.

Automne 2006

5/ Suite de la tenue des débats en régions organisés par les CPCA régionales en collaboration avec la CPCA nationale.

6/ Première synthèse nationale des débats en régions le 14 novembre ; première synthèse des contributions nationales le 15 novembre en conseil d’administration.

7/ Suivi des contacts institutionnels et poursuite de la communication spécifique de la campagne.

Hiver 2006-2007

8/ La finalisation par le conseil d’administration de la plate forme nationale – régionale le 7 décembre.

9/ Edition, diffusion, et valorisation par relations presses de la plate-forme.

10/ Un événement national à Paris le 20 janvier 2007.

A l’occasion d’un grand événement associatif qui réunira à Paris près de 600 responsables associatifs la plate-forme sera présentée aux candidats aux élections présidentielles et législatives, à la presse.

Participants à l’événement :

  • L’ensemble des fédérations et associations nationales membres des coordinations de la CPCA.
  • L’ensemble des membres des CPCA régionales.
  • Les partenaires de la vie associative.
  • La presse.
  • Des élus parlementaires, régionaux, les associations d’élus.
  • Les chercheurs proches de la vie associative.

Printemps 2007

11/ Poursuite de la valorisation, de la diffusion de la plate-forme en 2007 tout au long du premier trimestre auprès des candidats aux élections législatives, des acteurs institutionnels.

12/ Suivi institutionnel des engagements auprès du nouveau gouvernement.

Rentrée 2007

13/ Dialogue civil effectif, Etat- CPCA, pour la mise en œuvre d’une « nouvelle politique associative ».

14/ Bilan de la campagne par le mouvement associatif.

Pour en savoir plus :




Les Notes:

NULL