Ces derniers temps, la majorité des grandes entreprises françaises ont montré qu’elles souhaitaient aller plus loin de la maîtrise de leurs « investissements » d’utilité sociale. Se pose alors la question du choix stratégique entre associations ou fondations, reconnue d’utilité publique ou non. L’occasion de faire le point sur la réalité du mécénat d’entreprise et les différentes facettes du redéploiement de la fonction citoyenne de l’entreprise.

Revue Direction(s) n°19, mai 2005, pp. 47 – 48