TEXTE DE LA QUESTION n° 07007 publiée dans le JO Sénat du 20/06/2013, p. 1852

M. Ronan Kerdraon (Côtes-d’Armor – SOC) attire l’attention de Mme la ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative sur le statut du volontariat de l’animation.

La loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 (dite loi Warsmann) qui instaure le principe du repos compensateur dérogatoire rend le contrat d’engagement éducatif difficilement applicable. Les surcoûts engendrés par cette loi renforcent l’exclusion au départ en vacances.

En effet, cette loi n’a pas suffisamment pris en compte les spécificités des séjours d’accueil collectif itinérants et adaptés des enfants et des jeunes mineurs.
Par ailleurs, le fractionnement des activités et des plannings des animateurs et des directeurs occasionnels modifie de manière importante le sens de leur engagement au détriment du projet pédagogique.

De surcroît, la revendication pour créer un volontariat de l’animation répond aux enjeux de la jeunesse. Ce nouveau statut permettrait de renforcer davantage la mixité et la diversité des jeunes engagés dans l’animation.

Aussi, lui demande-t-il quelles sont les intentions du Gouvernement au sujet de l’avenir des séjours d’accueil collectif de mineurs organisés par des structures à but non lucratif et de la mise en place d’un statut du volontariat de l’animation.                                                                                   

 

TEXTE DE LA REPONSE du Ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative publiée dans le JO Sénat du 17/10/2013, p. 3032

Dans une décision du 14 octobre 2011, le Conseil d’État a confirmé que la réglementation française applicable au contrat d’engagement éducatif (CEE), et prévue par la loi de 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif, n’était pas conforme au droit de l’Union européenne (directive n° 2003/88 CE du 4 novembre 2003) en tant qu’elle ne prévoyait ni repos quotidien, ni repos compensateur pour les titulaires de ce contrat. En conformité avec cette directive, le nouveau dispositif législatif et règlementaire permet désormais aux animateurs d’assurer la surveillance permanente des mineurs et de bénéficier de repos compensateurs équivalents aux repos quotidiens. Des mouvements d’éducation populaire et de jeunesse ont proposé la création par la loi d’un volontariat de l’animation. Cette proposition soulève toutefois une question juridique dans la mesure où la législation européenne ne reconnaît que deux types d’activités : le bénévolat et le salariat, la Cour de justice de l’Union européenne considérant que l’animation, y compris occasionnelle, relève du champ du salariat. Par ailleurs, les statuts de volontaires existants reposent sur plusieurs caractéristiques essentielles : engagement dans une mission d’intérêt général, durée limitée dans le temps, versement d’une indemnité en contrepartie de cet engagement, absence de lien de subordination. Dans le cas du volontariat d’animation, l’absence de lien de subordination dans le cadre d’une équipe encadrant des mineurs ne peut être envisagée sans remettre en cause leur sécurité. Cette proposition de volontariat pourrait être débattue de façon approfondie au sein de la branche professionnelle de l’animation. La ministre invite les syndicats d’employeurs et de salariés à un réel dialogue, condition essentielle de la réussite dans la durée d’un dispositif construit collectivement. Pour encourager l’engagement et notamment celui des jeunes, des outils et des dispositifs ont été mis en place et sont développés par les ministères chargés de la jeunesse et de la vie associative, de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ainsi que par les universités et par les acteurs associatifs. Un portefeuille de compétences a ainsi été élaboré avec un groupe interassociatif et Pôle emploi, et est à la disposition de tous les bénévoles pour transcrire, en termes de compétences, leurs expériences. Associé aux carnets associatifs d’attestation qui existent, il peut faciliter l’accès aux dispositifs de valorisation des acquis de l’expérience, au collège dans le cadre du livret personnel de compétences, à l’université dans le cadre des unités « système européen de transfert de crédits » (ECTS) qui valorisent l’engagement associatif, ou auprès d’employeurs. Un portefeuille de compétences existe par ailleurs pour les jeunes en service civique. L’engagement des jeunes est un des chantiers ouverts par le comité interministériel de la jeunesse que le Premier ministre a présidé le 21 février dernier. Le ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative travaille dans ce cadre au renforcement de la coordination de tous ces outils et dispositifs pour faciliter la prise en compte de telles compétences par les acteurs de l’éducation et de l’emploi. La valorisation de l’expérience des animateurs d’accueils collectifs de mineurs, dont il est rappelé que beaucoup sont des professionnels, fera l’objet d’une attention particulière.                                                                            

 

 

 

En savoir plus :

 

Philippe Richard : « Loi Warsmann de simplification du droit : les nouvelles règles du droit du travail applicables aux employeurs à but non lucratif », ISBL CONSULTANTS 28 mars 2012