L’Espagne est le pays d’Europe où les reprises d’entreprises par les salariés sont les plus nombreuses. Dans leur majorité, ces entreprises sont transformées en coopératives.

Le pays compte environ 20.000 coopératives de production, employant quelque 700.000 travailleurs. (En France, la Confédération générale des SCOP en regroupe 2.250, employant 45.700 salariés) 

Juan Antonio Pedreño, président de la Confédération espagnole des entreprises de l’économie sociale (CEPES) signale que “pendant la crise, les coopératives ont perdu 12% d’emplois de moins que les autres entreprises. Cela tient à leur plus grande flexibilité pour affronter les difficultés”. En effet, dans les coopératives, les sociétaires préfèrent souvent diminuer leurs salaires plutôt que de se licencier les uns les autres. 

La CEPES regroupe tous les secteurs de l’économie sociale espagnole (En France, un tel regroupement n’existait pas jusqu’à aujourd’hui. La loi sur l’Economie sociale et solidaire, qui vient d’être votée, l’a institué). La CEPES est composée de 29 organisations qui représentent 10% du PIB et 2,35 millions d’emplois, soit un emploi privé sur huit (Ces chiffres sont identiques en France, mais pour une population totale de 66 millions, contre 47 millions en Espagne).  

 

source : http://www.ciriec-france.org

 

 

En savoir plus : 

 

Formation atelier-débat ISBL CONSULTANTS du vendredi 12 DÉCEMBRE 2014: «  Secteur associatif : comment anticiper les changements découlant de la loi d’économie sociale et solidaire? », animée par Colas AMBLARD.