« Qui sommes nous ? Que faisons nous ? Que voulons nous ? Quel est notre rôle dans la société ? Où voulons nous aller ? Comment le sport français fonctionne-t-il ? Quelle est la place du mouvement sportif dans sa gouvernance ? Comment la renforcer ? » C’est par ces mots que le président Henri Sérandour a présenté le Livre Blanc du CNOSF, « la raison du plus sport – de la contribution du mouvement sportif à la société française » jeudi 21 septembre à Paris. Les réponses à toutes ces questions s’y trouvent.

Sur 180 pages enrichies d’interviews d’athlètes et d’entraîneurs de renom, le CNOSF livre son analyse et fait des propositions concrètes.

Plus particulièrement destiné aux décideurs des mondes politique, économique, médiatique et à ceux du mouvement sportif lui-même, l’ouvrage aborde tous les sujets liés au sport, à sa pratique et à la place du mouvement qui l’anime.

« L’idée du livre blanc est née en 2001 mais n’avait pu à l’époque être concrétisée du fait de notre engagement dans la tenue des états généraux du sport français pour lesquels l’ensemble du mouvement sportif s’est mobilisé. Nous nous sommes attelés à la réalisation de ce livre après la défaite de « Paris 2012 » à Singapour le 6 juillet 2005. J’entendais dire « le sport français doit rebondir » mais ce mot ne veut rien dire ! Le sport français est brillant à l’échelon international dans ses résultats, mais le mouvement sportif, fort de ses 15,5 millions de licenciées et ses 175.000 clubs, entend participer davantage à sa gouvernance.

Nous avons voulu que ce Livre Blanc soit collégial, toutes les compétences de notre mouvement y ont participé, toutes les sensibilités ont pu s’exprimer. Je voudrais que chacun se l’approprie. Il n’est fait contre personne, mais dans la continuité des Etats Généraux de 2002. C’est la contribution de notre mouvement à la société française. Nous avons des choses à dire et nous les écrivons ».

Denis Masseglia, membre du Bureau Exécutif du CNOSF en charge de ce projet, a résumé le Livre Blanc chapitre par chapitre, et tenu à souligner son dernier paragraphe : « Un positionnement nouveau du mouvement sportif dans la gouvernance du sport garantit sa contribution effective à la société française et rejaillirait sa sa représentativité internationale à l’horizon 2024 ».

15 propositions prioritaires :

Affirmant que « le mouvement sportif souhaite réaffirmer son attachement indéfectible aux valeurs éducatives et sociales du sport ainsi qu’à l’éthique liée à sa pratique. Il s’engage de toutes ses forces à combattre ses déviances, notamment dopage, violence et corruption, parce que le sport doit rester avant tout humaniste », le Livre Blanc du CNOSF contient 15 propositions principales :

1 – Positionnement affirmé du mouvement sportif dans la gouvernance du sport.

2 – Instauration d’une reconnaissance d’utilité sociale pour confirmer le rôle sociétal du mouvement sportif.

3 – Reconnaissance officielle du sport comme vecteur d’éducation.

4 – Participation active du mouvement sportif à la santé publique par la pratique sportive.

5 – Progression de 1,78 % à 2,2 % du prélèvement sur le montant des recettes de la Française des Jeux pour abonder le CNDS.

6 – Création d’une fondation nationale du sport reconnue d’utilité publique et amélioration des mesures en faveur du mécénat d’entreprise.

7 – Mesures favorisant l’accès des bénévoles aux responsabilités.

8 – Mise en place d’une stratégie concertée de présence et de rayonnement international animée par le CNOSF.

9 – Création de conférences régionales du sport.

10 – Reconnaissance sociale de l’athlète de haut niveau et création d’un statut d’entraîneur de haut niveau.

11 – Construction et rénovation des équipements sportifs ; poursuite de l’aménagement des installations existantes afin d’en favoriser l’accès aux personnes handicapées.

12 – Application de la loi permettant l’enseignement de l’EPS pour les scolaires handicapés dans le cadre de l’Education nationale et du secteur protégé.

13 – Reconnaissance des diplômes fédéraux à des fins d’emplois rémunérés.

14 – Augmentation du nombre de cadres techniques afin de pouvoir répondre aux besoins des fédérations.

15 – Participation à une chaîne sportive sur la TNT.

« Si nous avons écrit ce livre blanc dans la période où vont se croiser différents projets politiques, c’est bien pour participer au débat d’idées » a dit le président Henri Sérandour en conclusion. « Nous comptons fermement y participer et nous allons d’ici peu interroger les différents candidats à la présidence de la république sur nos propositions.

La perspective des élections législatives juste après la présidentielle offrira à nos structures déconcentrées, CROS, CDOS et CTOS, la possibilité d’être elles aussi parties prenantes dans le débat en tant qu’acteurs responsables. Ce livre n’est pas que l’aboutissement d’une idée, il est aussi le point de départ d’une démarche, celle d’un mouvement sportif sûr de sa place dans la société française et aspirant à un positionnement nouveau ».