Les alliances constituent un levier stratégique pour le développement des associations, qui s’ouvrent à des partenariats stratégiques auprès d’acteurs publics et privés. Juris Associations vient d’y consacrer un dossier spécial intitulé « L’Alliance : un vrai bijou », coordonné par Le RAMEAU, dans son édition de novembre. Quels sont les principaux enseignements de ce dossier ? 

 

Il met en perspective les caractéristiques de ces nouvelles alliances qui permettent à la fois de mieux répondre aux besoins et aux défis des personnes et des territoires, notamment les plus fragiles, mais aussi d’améliorer significativement la performance et la pertinence de l’action des associations qui se sont engagées dans l’aventure.

L’agenda des objectifs de développement durable (ODD), posé à horizon 2030 par l’ONU, pose un cadre favorable à la mise en oeuvre de partenariats de long terme entre acteurs différents. Pour y parvenir, les acteurs doivent se faire confiance, s’accorder sur leur complémentarité et évoluer dans un cadre clair avec une souplesse dans les actions, favorables à des expérimentations et des innovations.

La capacité des associations à faire alliance s’est considérablement développée en une décennie. Elle est progressivement devenue un levier de performance, d’innovation et de confiance, comme l’a démontré le rapport quinquennal 2013-2017 de l’Observatoire des partenariats. En moyenne, les associations nouent des relations partenariales avec 2,5 organisations, selon l’étude Recherche & Solidarités publiée en février 2017. Il existe 3 grandes catégories de partenaires avec lesquels les associations peuvent faire alliance : leurs « pairs » associatifs, les acteurs publics et les acteurs privés. Les enjeux diffèrent selon le type de partenaires. Il va s’agir de démultiplier l’impact dans le cas d’une alliance entre « pairs », de co-construire les politiques publiques ou de bénéficier de compétences complémentaires avec les entreprises et les fondations.

Du côté des associations, des témoins apportent leurs visions de l’apport de ces alliances. Quel que soit le secteur d’activité de l’association, une dynamique d’interconnaissance, de coopération et d’ouverture est requise pour mettre en œuvre des alliances structurantes et les déployer sur des territoires d’actions, à l’instar des 16 AGORAé déployées par la FAGE et ses partenaires pour répondre à la précarité des étudiants.

Dans la co-construction avec les acteurs publics, l’alliance recouvre un nouveau mode d’action, tant dans sa relation et la reconnaissance du dialogue mené auprès des associations, des citoyens, et des acteurs de l’ESS. Cette ouverture, appréciée par des élus motivés, renforce les démarches de co-construction des politiques publiques plus proches des territoires.

Du côté des acteurs privés, les alliances entre associations et entreprises sont source d’expérimentation et de développement de projets d’utilité sociale, à condition de respecter 3 paramètres : la patience, la confiance et l’exigence. En témoigne l’alliance entre le groupe Renault et l’association Wimoov, qui a permis d’accélérer le déploiement de 26 plateformes de mobilité pour l’association et d’élaborer les garages Renault Solidaire ouverts à des publics fragiles, au nombre de près de 300 aujourd’hui.

C’est pour mieux répondre aux enjeux et défis écologiques de notre société, que la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et l’Union nationale des centres permanents d’initiatives pour l’environnement (UNCPIE) ont engagé en 2016 un processus d’alliance stratégique inédite. Comment cette alliance « entre pairs » a été mise en œuvre ? Elle s’est structurée progressivement, à partir de l’expérience d’un premier partenariat en 2012, conduit autour des sciences participatives sur la biodiversité, puis d’un accompagnement conjoint réalisé par l’ADASI fin 2015. Ce dernier a conclu à la faisabilité de l’alliance, en faisant de la complémentarité entre les deux structures un véritable levier. De 2016 à 2017, les structures ont expérimenté leur rapprochement via trois projets différents : le portail national des sciences participatives sur la biodiversité, la démarche de progrès pour une alimentation responsable et durable en cuisine collective, et la détection commune de solutions territoriales pour le climat, avec les CPIE, dans le rôle d’identificateurs de solutions, et la FNH, comme relais médiatique et amplificateur dans ses réseaux de l’opération. Expérimentée de façon probante pendant deux ans, la logique de co-construction, positionnant l’intérêt général comme moteur de la relation, va être approfondie par une feuille de route stratégique, avec l’appui de la Fondation Daniel & Nina Carasso et de l’ADASI. L’alliance a également été conduite à installer un dispositif innovant dans la gouvernance et le pilotage des projets, respectant la personnalité morale de chacun avec une participation croisée d’administrateurs, de salariés et de bénévoles.

Le mouvement émergent d’alliances nécessite un accompagnement des structures intéressées our mettre en place ce type de démarche. Cet accompagnement nécessite, au préalable, d’expliquer la spécificité de ces approches aux parties prenantes et de leur donner envie d’adopter un changement de posture. En effet, « faire avec » au lieu de « faire seul » bouscule les organisations et les individus. Cette évolution radicale se base sur des démarches apprenantes pour prendre progressivement conscience de l’ensemble des impacts et des leviers amenés par les alliances. C’est dans cette optique qu’un parcours d’expérience « Alliances innovantes » a été mené en 2018 avec 12 têtes de réseaux associatives, en partenariat avec le Ministère en charge de la vie associative.

 

 

Yann ULLIAC

Directeur de l’Observatoire des Partenariats

Le RAMEAU

 

 

En savoir plus : 

Editorial ISBL MAGAZINE novembre 2018 : Alliances : plus qu’une évolution,  «faire avec» au lieu de  «faire seul» est une véritable révolution !, rédigé par Xavier Roussinet

Dossier spécial alliance de Juris association 

Rapport quinquennal 2013-2017 de l’Observatoire des partenariats

Pratiques des pionniers et outils associés à la fois des partenariats entre associations et entreprises, et plus largement de la co-construction territoriale.

MOOC ESSEC-Le RAMEAU « Les partenariats qui changent le monde »

Expérimentation DJEPVA « Alliances innovantes » 

 

 

Participez à la prochaine Matinale ISBL CONSULTANTS le jeudi 29 novembre 2018 à Lyon : « Comment dépasser la motivation fiscale par le mécénat de compétences ? ».

Participez à la prochaine Matinale ISBL CONSULTANTS le jeudi 17 janvier 2019 à Paris : « Les partenariats stratégiques ».