En effet, alors même que ces deux types d’acteurs de la vie économique et sociale s’ignoraient, il y a encore peu, de nouvelles alliances stratégiques se nouent, de plus en plus nombreuses.

De grands groupes tels que Pinault-Printemps-La Redoute, AXA en sont les parfaits exemples.

Pour l’association, l’avantage d’un tel partenariat réside principalement dans la nécessité de diversifier ses ressources (recherche de fonds propres), de bénéficier du savoir-faire et de la notoriété de l’entreprise.

Pour l’entreprise, l’avantage réside dans sa volonté de « donner du sens » à son investissement (développement durable), tant auprès de ses clients que de son environnement institutionnel, de positionner son image sur les marchés pertinents et de renforcer sa cohésion sociale en interne.

En France, nul doute que ce phénomène trouve son origine dans la promulgation du nouveau dispositif relatif au mécénat d’entreprise (Loi n°2003-709 du 1er août 2003), laquelle offre des réductions d’impôts substantielles.

L’entreprise désireuse de relever le défi de sa « fonction citoyenne », doit également opérer un choix stratégique : constituer une association ou une fondation ?

Une expertise que nous sommes à même de vous apporter et qui constituera le « fil rouge » de cette lettre d’actualité juridique et fiscale consacrée aux Institutions Sans But Lucratif (ISBL) et au Droit du sport.

Maintenant, bonne lecture.

Colas Amblard

Rédacteur en chef