Depuis plusieurs années, la question des alliances a pris de l’ampleur et est devenue un véritable sujet de réflexion pour les associations, désormais acquises à l’idée mais ayant encore besoin d’être outillées pour pouvoir agir davantage.

Convaincus que nos organisations ont besoin de se rencontrer et de dialoguer pour répondre de manière innovante aux enjeux de cohésion sociale et de développement économique de nos territoires et, plus largement, aux nombreux défis de notre société, nous avons vu émerger avec plaisir et intérêt de plus en plus de réflexions et d’approches autour de la thématique des alliances : pour quoi faire ? Avec qui ? Comment s’y prendre ?…

 

 

Ainsi, en quelques années, et notamment grâce aux travaux de recherche du RAMEAU, nous sommes passés d’un non-sujet pour la plupart des acteurs, à une réelle préoccupation partagée tant par les associations que par les entreprises et les pouvoirs publics : tous se rendent progressivement compte de la nécessité de sortir des prés carrés et des querelles de légitimité pour faire émerger de nouvelles réponses à des besoins sociétaux aujourd’hui mal couverts. Parce que nous accompagnons des associations et des entreprises qui s’interrogent sur la manière et les moyens de faire alliance, nos méthodes de travail ont été impactées par ce nouveau paradigme. En cause, la formulation de nouveaux besoins d’appui, mais également le changement de posture qu’une dynamique d’alliance implique pour l’ensemble des parties prenantes. En effet, plus qu’une évolution, « faire avec » au lieu de « faire seul », est une véritable révolution qui ne va pas de soi et bouscule les organisations et les individus. Pour accompagner ce changement, nous avons dû inventer de nouvelles méthodes de travail basées davantage sur des logiques de coconstruction, des méthodes apprenantes, des échanges entre pairs et des outils de dialogue avec l’écosystème partenarial.

Pour avoir vécu différentes expériences passionnantes dans cette dynamique, nous nous réjouissons des belles histoires d’alliance qui voient peu à peu le jour, mais avons le sentiment que beaucoup reste encore à faire, notamment dans la perspective de :

– mieux montrer les liens existants entre les logiques d’alliance et les questionnements sur le modèle économique ;

– bien faire comprendre les champs de recoupement, mais aussi les différences entre alliance et partenariat ;


- démontrer les effets des alliances dans leurs différentes dimensions (pour soi, pour ses alliés, pour ce que l’on cherche à faire ensemble, etc.) ;

– sensibiliser tous ceux qui ne sont pas encore passés à l’acte et, partant, restent prudents, voire réticents à agir ;

– faire émerger et reconnaître de nouvelles compétences.

Parmi ces sujets, l’approfondissement et la diversification des modalités d’accompagnement sont certainement un point de passage obligé et un facteur clé pour accélérer le mouvement d’alliances.

 

 

Xavier ROUSSINET, Directeur associé OPUS 3

 

 

En savoir plus : 

Jurisassociations 587 – 1er novembre 2018

ISBL MAGAZINE novembre 2018 : « Nouvelles alliances : les associations à la manoeuvre » , rédigé par Charles-Benoît HEIDSIECK 

 

Participez à la prochaine Matinale ISBL CONSULTANTS le jeudi 29 novembre 2018 à Lyon : « Comment dépasser la motivation fiscale par le mécénat de compétences ? ».

Participez à la prochaine Matinale ISBL CONSULTANTS le jeudi 17 janvier 2019 à Paris : « Les partenariats stratégiques ».




Documents Joints:

32_33_dossier_alliances

Tous les articles “édito”